Imaginary World Book

Les Autres, Étape 1 : Le Survivant de Sandra Moyon

 

Résumé

Parqués entre des murs et des clôtures, les Hommes survivent comme ils le peuvent. Arrivés en bas de la chaîne alimentaire, ils sont épargnés grâce à l’Accord : tous les trimestres, des fourgons d’êtres humains sont offerts aux Autres afin de les nourrir. Mais comment choisir qui doit vivre et qui doit mourir ?
La règle est pourtant simple : seuls les délinquants sont envoyés de l’autre côté du mur, dans la Fosse.

 

 

Avis

En commençant ce livre, je m’attendais à autre chose. En disant cela, je n’entends rien de péjoratif, je m’explique : j’ai lu et vraiment très apprécié la trilogie Nouvelles d’un Myrien de la même auteure (je ne les ai malheureusement jamais chroniqués car je les ai dévorés dans une période où je n’avais plus de motivation pour tenir mon blog, et je le regrette sincèrement, cette série mérite d’être plus connu. Bref, revenons au roman qui nous intéresse aujourd’hui). La forme d’écriture, les descriptions, etc. sont beaucoup plus présentent dans Nouvelles d’un Myrien qu’ici, ce qui m’a un peu déstabilisé dans un premier temps. L’auteure est directe dans son style, mais moins dans son histoire. En fait, elle « néglige » (peut-être pas le terme approprié, mais c’est celui qui me vient en tête), et je pense que c’est volontaire, l’auteure voulant surement garder certaines informations pour les tomes suivants, le contexte de l’histoire, les descriptions de lieux, les évènements qui ont conduit à ce fonctionnement de « confinement » derrière des murs pour préserver les habitants de ce qui vit dans la fosse. Passé cette petite « gêne », je n’ai pas pu lâcher le livre jusqu’à la dernière page.

L’histoire, en elle-même, est poignante de par l’un des thèmes principaux qui nous présente le héros sous un jour dont nous n’avons pas l’habitude. En effet, ici, le héros est fragile, blessé et ne sait pas comment se sortir de son enfer. Il est maltraité, pas aimé par celle qui l’élève. Il se retrouve dans une école pour délinquants… La peur lui colle à la peau. Seuls un ami de ses parents, disparus lorsqu’il était enfant, et son meilleur ami lui apporte un peu de sourire. L’auteur a su par ses mots simples et directs nous faire ressentir toute la détresse de son personnage principal. J’étais parfois au bord de balancer mon iPad en lisant les sévices qu’il subissait. En général, quand j’ai ce genre de réaction devant une lecture, c’est souvent à cause de problème d’orthographe plutôt que d’émotions qui me submergent. Ce ne fut pas du tout le cas ici. J’étais dans l’histoire, proche du personnage principal et j’avais envie de « fracasser » la tête de « sa tante ». Rhaa ! Que de frustration de ne pouvoir pas intervenir devant autant d’injustice.
Par contre, un autre point qui m’a titillé, c’est le décalage entre les réactions de Soen, le personnage principal, et son âge de 17 ans. Pour moi, ce n’est pas raccord. J’avais plutôt l’impression d’avoir affaire à un jeune ado de 13-14 ans pas plus.

La maltraitance, la véritable amitié, le confinement, thèmes abordés dans ce roman, apportent un plus, une réelle intensité au récit. Et, même si je vais me répéter, l’écriture percutante, brève et rapide (le roman ne fait que 172 pages) n’enlève rien à l’histoire, je dirai même qu’elle apporte un percutant émotionnel qui ne laisse pas de marbre.

Les Autres… nous avons peu d’informations sur eux, à part qu’ils ont déjà attaqué quelques années plus tôt ce qui a entraîné la construction des murs qui entourent la ville. On aperçoit leur cruauté, mais on n’en sait pas plus, ce qui m’a encore un peu plus frustrée, lol. Pourtant, à la fin, et quelle fin d’ailleurs, on comprend que bien des choses restent encore à découvrir. J’attends donc la sortie de la deuxième étape prévue pour la fin 2018 (j’attends une date plus précise) ! Que ça va me semblait long pour lire la suite…

Une dystopie dramatique, palpitante, émouvante, qui sort des sentiers battus et qui nous annonce une suite palpitante.

 

Note

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :